Musella Amarone 2012

45,83 €
TTC En stock

logo bio eu.png

 L’Amarone della Valpolicella dans les doigts de velours d’une vigneronne biodynamicienne, du grand art !

Essayez-le avec vos ragoûts ou vos plats de viande cuits lentement au four. Quelques fromages bien affinés lui iront également.

A boire tranquillement, en méditant, jusqu’en 2030.

Quantité
Derniers articles en stock

Le vignoble et son histoire

Valpolicella, que les ancêtres du cru auraient déjà nommé ainsi en référence à une vallée aux multiples caves.  Mais où est-ce donc ? En Vénétie, oui, mais encore ? Près de Vérone, ah, nous y voilà, plus précisément sur les flancs préalpins de Lissini.

Du moins c’est là qu’historiquement on plantait la vigne pour le grand vin issu principalement du cépage corvina. Comme quelques autres appellations, une fois créés et officialisées, la D.O.C. Valpolicella s’est étalée dans les plaines plus fertiles, délaissant les pentes calcaires qui privilégient la concentration pour produire le vin clair et léger qu’on boit un peu frais, du moins lorsqu’il est simplement nommé Valpolicella. 

A l’autre bout de l’échelle, on trouve l’Amarone della Valpolicella, classé D.O.C.G. (appellation supérieure italienne), et rien ne vaut de le découvrir grâce à Musella. Le domaine comprend 400 hectares de terres, une rareté dans l’appellation et les bâtiments datent du XVIe siècle. Le domaine viticole Musella a été fondé par Emilio Pasqua di Bisceglie mais c’est sa fille Maddalena qui mène la barque aujourd’hui, et qui a converti le domaine à la biodynamie.  Elle qui n’aime pas les vins rouges puissants, produit un Amarone qui ne renie pas son profil capiteux mais qui demeure élégant. L’Amarone est en effet un vin issu de raisins séchés sur lattes ou suspendus à l’air libre dans des fruttai ce qui en fait un vin haut de gamme de la région de Valpolicella avec un grand potentiel de garde.

Le millésime et les vendanges

Un hiver relativement sec mais froid, avec des températures très souvent en-dessous de zéro. La pluie s’est abattue modérément au printemps mais suffisamment pour démarrer le cycle végétatif. Il s’ensuivit un été caniculaire, semblable à 2003, ce qui a conduit certains domaines à requérir des autorisations d’irrigation de sauvetage. Les vignes plantées sur les plateaux et celles à l’enracinement plus profond ont mieux géré ce stress hydrique mais la récolte a diminué d’au moins 20% sur l’ensemble de Valpolicella. 

La vinification

Les baies flétrissent dans le fruttai à l’air libre jusqu’en janvier, date à laquelle elles auront perdu 50% de leur poids, se concentrant en sucre.

Le pressurage peut alors commencer et la fermentation démarre lentement à température de cave entre 13 et 17°C. Le vin est transféré dans des botte de 500 à 2000 litres en chêne de l’Allier. Il y reste huit mois avant embouteillage.

La dégustation

Une robe rubis nuancée de pourpre. Au nez, bien parfumé, des cerises à l’eau-de-vie, des baies rouges.  Au palais, une belle concentration mais très contrôlée, avec des tanins mûrs, une allonge suave avec des notes de réglisse. 

Avec quoi le boire ?

Il se mariera avec les ragoûts, les plats longuement rôtis au four, la cuisine patiente en général, les fromages bien affinés. Agréable aussi comme vin de méditation selon Maddalena.

1088
2 Produits

Fiche technique

Millésime
2012
Cépage
Corvina 45%, corvinone 40%, rondinella 10%, oseleta 5%
Région
Vénétie
Appellation
D.O.C.G. Amarone della Valpolicella
Alcool
15.5 °
Température de service
16 °
Fermeture
Bouchon de liège
Contenance
0,75 l

Télécharger

La fiche vin de Soif d'ailleurs

musella amarone 2012.pdf

Télécharger (677.28k)

Produits connexes

7 autres produits dans la même catégorie: